Critiques

CALVAIRE : critique du film qui a initié la trilogie de Du Welz

CALVAIRE : critique du film qui a initié la trilogie de Du Welz 665 374 Jean-Philippe Thiriart

Calvaire (2004) est le premier long métrage de Fabrice Du Welz. Il allait constituer le premier volet de la trilogie ardennaise de Fabrice. Le deuxième, Alléluia, voyait le jour dix ans plus tard, remuant fameusement la Croisette lors de sa projection cannoise. C’était en 2014, après son aventure filmique française pas évidente – le bon thriller Colt 45 – et juste avant son aventure américaine – le très sombre et efficace Message From The King. Notez que c’est le visionnage de Alléluia qui a définitivement convaincu les initiateurs de Message From The King d’engager le cinéaste pour ce qui est, certes un film de commande, mais qui porte néanmoins la patte Du Welz.

Que de chemin parcouru par cet amoureux du cinéma de genre depuis son court métrage Quand on est amoureux, c’est merveilleux ! Passionné et passionnant, le metteur en scène belge propose un cinéma singulier : racé, âpre, violent, baroque, remuant, éblouissant. Vinyan (2008), thriller teinté de fantastique avec la belle Emmanuelle Béart et tourné dans des conditions climatiques difficiles et en langue anglaise, n’échappait d’ailleurs pas à la règle.

Calvaire fait partie de ces rares films qui parviennent à mettre le spectateur mal à l’aise. S’il est forcément très difficile de réussir à faire peur à un public au moyen d’un matériel filmique, bien plus ardu encore est l’exercice qui consiste à le mettre dans une situation de malaise. Fabrice Du Welz y arrive à merveille, avec son premier film en particulier, le bien nommé… Calvaire ! Un calvaire à l’écran, une vraie jouissance cinématographique pour le spectateur averti. Une des citations de cinéastes préférées de Fabrice fait aussi partie des nôtres. Elle dit tout et c’est à Henri-Georges Clouzot que nous la devons : « Le cinéma doit, avant tout, être un spectacle et une agression ». Le cinéma doit remuer le spectateur. Toujours.

Âgé d’à peine trente ans lors qu’il réalise Calvaire, Fabrice Du Welz fait directement preuve d’une maturité impressionnante. Ce film de genre, que nous qualifierons plutôt de drame horrifique que de film d’horreur pur, met en scène Laurent Lucas (Harry, un ami qui vous veut du bien, Grave), Jackie Berroyer (Henri, la série humoristique moyenâgeuse Kaamelott) et Jean-Luc Couchard (Dikkenek, Dead Man Talking), aux côtés d’une série d’autres personnages que nous qualifierons de très… particuliers, emmenés par le génial Philippe Nahon (Seul contre tous, Haute tension).

Laurent Lucas joue ici le rôle d’un chanteur solitaire – un certain Marc Stevens -, qui tombe en panne dans les Ardennes belges à la nuit tombée. Apparaît alors Boris (énigmatique Jean-Luc Couchard), parti à la recherche de sa chienne, qui propose à l’artiste de l’emmener chez son ami Bartel (protéiforme Jackie Berroyer). Une bonne nuit de sommeil plus tard, Marc s’aventure dans les alentours de l’auberge de l’ami Bartel, qui ne manque pas de lui prodiguer un conseil précieux : ne pas se rendre au village, les gens y étant quelque peu… différents. Ira ? Ira pas ? Et avec quelles conséquences ?
Prêts à embarquer dans le premier roller coaster Du Welzien ?
Vous faites bien : ça va secouer !

Calvaire mérite d’être vu et revu. Tourné principalement en Belgique avec des paysages sublimés par la caméra de Benoît Debie, le film doit beaucoup au jeu habile, plein d’ambiguïté, de ses acteurs. Le réalisateur montrait déjà, avec cette entrée dans la cour des grands, qu’il n’avait pas peur de choquer par la violence de certaines scènes. L’interdiction du film aux moins de seize ans lors de sa sortie dans les salles françaises n’y est pas pour rien. Si Calvaire est sans doute moins travaillé que le deuxième volet ardennais de son réalisateur – Alléluia – il peut sans doute être qualifié de plus accessible et compréhensible par le spectateur non averti. Du Welz est un artiste, un grand. L’auteur d’une œuvre unique à (re)découvrir de toute urgence.

Jean-Philippe Thiriart, avec la collaboration de Raphaël Pieters

ALLÉLUIA : rencontres filmées de Fabrice Du Welz et Helena Noguerra, et réactions… à chaud !

ALLÉLUIA : rencontres filmées de Fabrice Du Welz et Helena Noguerra, et réactions… à chaud ! 3213 2171 Jean-Philippe Thiriart

Fabrice Du Welz et son actrice Helena Noguerra étaient venus présenter en avant-première au FIFF Alléluia, film coup de poing dans la veine de son premier long métrage – le génial Calvaire -, que nous avions eu le privilège de présenter au Festival de Namur voici quinze ans déjà. Nous avions eu le plaisir de nous entretenir avec eux à cette occasion, entretiens qui ont débouché sur cinq capsules.

Dans la première, nous demandons à Fabrice s’il a voulu provoquer le spectateur avec ce film et en quoi il a voulu procéder de la sorte. Il nous explique ensuite combien il importe à son sens de créer du lien entre ses différents bébés. Dans la deuxième capsule, il nous parle de son personnage féminin principal, Gloria, et de la question des pulsions dans son œuvre. Mais aussi de l’actrice qui interprète Gloria avec brio : l’Espagnole Lola Dueñas. Dans la troisième, Fabrice définit son Humphrey Bogart, son Bogey à lui : l’acteur français Laurent Lucas, qui campe avec talent le personnage de Michel. Dans la quatrième capsule, il nous parle de sa rencontre avec Tobe Hooper au Festival de Cannes dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs. Le père de Massacre à la Tronçonneuse y présentait une version restaurée de ce film culte à l’occasion du quarantième anniversaire de sa réalisation. L’occasion pour le réalisateur belge de faire découvrir Alléluia à Hooper, lui-aussi sélectionné dans le cadre de cette section du Festival.

Nous vous proposons, dans une cinquième capsule, de découvrir notre interview de la belle Helena Noguerra, Solange dans Alléluia. Elle nous explique d’abord, non sans une bonne dose d’humour, comment Fabrice Du Welz lui a présenté Alléluia. Ensuite, c’est le cinéma de son réalisateur qu’elle décrit plus en détails.

Alléluia ne laisse pas le spectateur indifférent. En attestent les réactions à chaud des témoins avisés que nous avons interviewés à l’entrée et au sortir de la salle, reprises dans une sixième capsule. Ces derniers sont les réalisateurs Sébastien Petit (Bowling Killers, Chaos) et Emre Olcayto (Sanctuary’s Battle, Separation), membres du ColectIFFF et par conséquent grands fans, comme Du Welz, du Festival International du Film Fantastique de Bruxelles (BIFFF). Mais aussi les comédiens Cécile Delberghe (Ennemi Public, Les Naufragés), Thomas Leruth (Le Monde nous appartient, Rabbid Jacob) et Olivier Bonjour (Zone Blanche, La Trêve). Ainsi que le journaliste et réalisateur Christophe Bourdon (RTBF et Le zombie au vélo). Notez que le co-scénariste et producteur de Alléluia, Vincent Tavier, prend également la parole dans cette vidéo.

Jean-Philippe Thiriart

Sortie Blu-ray de BLADE RUNNER 2049 : un must

Sortie Blu-ray de BLADE RUNNER 2049 : un must 500 250 Jean-Philippe Thiriart

Retour vers le futuristique Blade Runner

Synopsis
Los Angeles, 2019. La colonisation de l’espace a débuté. La Tyrell Corporation produit des esclaves androïdes dont les capacités surpassent celles de leurs concepteurs. Nommés replicants, ces androïdes sont déclarés hors-la-loi après une mutinerie loin de notre planète. Rick Deckard (Harrison Ford), un blade runner, est recruté afin de les éliminer.


Blade Runner
est l’adaptation du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick (1966). Œuvre culte, ce grand film d’anticipation – ou hard SF – fait partie de ces désormais classiques qui ont donné ses lettres de noblesse à la science-fiction sur grand écran. Dans la foulée de Star Wars et du Alien que Scott venait de signer. De ces œuvres d’art qui ont inspiré plusieurs générations de cinéastes. Par les beautés visuelle et sonore (la BO signée Vangelis) qu’il nous donne à contempler, les questions qu’il pose en ayant l’intelligence de ne pas y répondre, et les enjeux auxquels il nous confronte.


À l’issue du tournage de Blade Runner, Ridley Scott perd le contrôle artistique de son film, ce que d’aucuns pointeront comme la cause de son échec commercial à sa sortie en 1982. Il aura fallu pas moins de 25 ans et sept versions différentes de Blade Runner pour avoir enfin devant les yeux le director’s cut ultime de l’œuvre du cinéaste britannique. Signalons qu’il s’agit du premier film à bénéficier d’un director’s cut. C’était en 1992, soit dix ans après la sortie du métrage en salles. En 2007, allait néanmoins sortir un second director’s cut, réellement fidèle à la vision de Ridley Scott cette fois. La boucle était bouclée.


Regard sur Blade Runner 2049

Synopsis
Los Angeles, 2049. La société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. Lorsque l’officier K (Ryan Gosling), un blade runner, découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, qui a disparu depuis des décennies.


Une suite fidèle à l’œuvre originale

Le 7e Art se devait de donner une suite à Blade Runner.
Il aura fallu attendre 35 ans et un réalisateur de la trempe de Denis Villeneuve pour que la magie opère. Mission casse-gueule vu la qualité de l’original et les attentes générées mais mission accomplie, sur toute la ligne.

Le Canadien signe ici son dixième long métrage en vingt ans et le cinquième en cinq ans, depuis son arrivée à Hollywood avec le thriller poignant Prisoners en 2013. Nous l’avions découvert en 2010 avec Incendies, drame bouleversant porté par la Belge Lubna Azabal, pour lequel il nous avait accordé une agréable interview.
Le Canadien sait tout faire, navigant avec brio de la romance (Un 32 août sur Terre) à la science-fiction (Premier Contact et à présent Blade Runner 2049) en passant par le drame (Incendies donc, mais aussi Maelström), le thriller (Prisoners, certes, mais également Enemy) et le film policier (Sicario).


Pour la première fois, Denis Villeneuve a dû composer avec l’univers d’un autre grand faiseur d’images. Pour parvenir à extérioriser son propre univers intérieur. Son Blade Runner est très référencé et fidèle à l’œuvre originale d’un point de vue tant visuel (la photo est signée Roger Deakins, déjà actif sur Prisoners et Sicario), sonore, que musical (Hans Zimmer à la BO). Mais il porte aussi sa patte.


Cette superproduction est longue – 2h43 – mais elle est surtout captivante, de bout en bout. Et en prise avec la plus actuelle que jamais question de ce qui fait de nous ce que nous sommes, de ce qui nous différencie de ce que nous créons.
L’écriture du film fut collective et nous la devons notamment à Ridley Scott lui-même mais aussi à Hampton Fancher, le scénariste du premier Blade Runner, un gage de plus de la qualité de ce Blade Runner 2049.


Le Blu-ray 4K Ultra HD et ses bonus

4 fois la résolution du format HD, une High Dynamic Range offrant brillants contrastes et noirs plus profonds pour l’expérience visuelle la plus dynamique possible, un large spectre de couleurs et un son immersif.
Voilà la promesse faite avec ce Blu-ray Ultra HD de Blade Runner 2049. Nous n’avons pas été déçus et recommandons par conséquent chaudement le visionnage de Blade Runner 2049 dans ces conditions idéales.


Les bonus

Rayon bonus, le coffret Blu-ray – Blu-ray 4K Ultra HD nous régale de pas mal de bonus, à savoir :
– un making of d’une vingtaine de minutes sur la création du monde de Blade Runner 2049,
– trois courts-métrages qui font figure d’autant de prologues à l’histoire telle qu’elle se déroule en 2049 : l’impressionnante animation 2022: Blackout de Shinichiro Watanabe, et les deux fictions que sont 2036: Nexus Dawn et 2048: Nulle part où aller, et
Blade Runner 101, bonus multiple qui présente L’évolution des réplicants, les Blade Runners, la Wallace Corp, un Bienvenue en 2049, le personnage de Joi, singulier et multiple, et Dans les cieux : Spinners, Pilotfish et Barracudas.

Jean-Philippe Thiriart

Sortie Blu-ray de LA LA LAND : La jeunesse, cette promesse

Sortie Blu-ray de LA LA LAND : La jeunesse, cette promesse 2400 1200 Jean-Philippe Thiriart

Voilà un film qui fait  beaucoup du bien. Beaucoup de bien ! Vous êtes fatigué de votre journée insurmontable lors de laquelle vous vous êtes retrouvé dépassé, débordé, épuisé. Cependant, vous n’avez ni l’envie de rejoindre le pays des rêves ni le courage d’aller chez Dreamland. Pas de problème : il y a le Blu-ray (le top pour un tel film) ou le DVD de La La Land, disponibles un peu partout depuis quelques semaines !

La La Land est un musical américain réalisé par Damien Chazelle. Lorsqu’on visionne le film, on comprend pourquoi il est devenu, à 31 ans à peine, le plus jeune cinéaste de l’histoire à recevoir l’Oscar du meilleur réalisateur. Tout n’était cependant qu’une question de temps pour celui qui avait déjà réalisé l’incroyable Whisplash (2014).

Le film que nous avons choisi de vous présenter est d’un tout autre genre puisqu’il s’agit réellement d’un film musical à savourer en famille. Le film commence par une scène assez incroyable qui annonce, d’emblée, la couleur ou plutôt… les couleurs du film ! Et elles sont nombreuses.

La La Land est un film rempli de bons sentiments. Nous n’avions plus vu de films musicaux de la même trempe depuis Singin’ in the Rain (Donen et Kelly, 1952), West Side Story (Robbins et Wise, 1961), Les parapluies de Cherbourg (Demy, 1964), Mary Poppins (Stevenson, 1964) ou encore Annie (Huston, 1982). Certaines scènes de La La land resteront en tout cas gravées dans nos mémoires comme le sont certaines de ces comédies musicales.

L’histoire, centrée sur une rencontre amoureuse et les rêves de succès et de reconnaissance des deux tourtereaux est quant à elle très actuelle. Chaque artiste rêve en effet de reconnaissance et éprouve parfois la plus grande des difficultés à allier vie amoureuse et vie artistique pleinement épanouies.

Les acteurs principaux jouent à merveille et démontrent une nouvelle fois qu’ils font partie de ce que Hollywood a de meilleur à nous offrir. Ryan Gossling apparait dans un rôle aux antipodes des Only God Forgives ou Drive et prouve une nouvelle fois toute l’étendue de son talent. Quant à Emma Stone, rien d’étonnant à ce que l’Oscar de la meilleure actrice soit venu récompenser la qualité de son travail. La complémentarité des deux acteurs n’est plus à démontrer après Crazy, Stupid, Love. (Ficarra et Requa, 2011) et Gangster Squad (Fleischer, 2013).

Les bonus

Rayons bonus, le Blu-ray offre plus de 20 minutes de bonus additionnels aux déjà sympathiques bonus compris dans le DVD du film. Soit un outil permettant de naviguer entre les chansons du film et deux focus : un sur l’ouverture énorme du métrage et un autre sur Justin Hurwitz, le génie musical grâce auquel le film a été possible.

Les bonus du DVD (compris donc également sur le Blu-ray) reprennent les traditionnels commentaires audio et bande annonce mais aussi des sujets sur la Première du film à Paris et dans le monde, ainsi qu’une galerie d’affiches, notamment.

Nos cotes

Le film : ****
Les bonus : ***

Belle (re)découverte de La La Land, qui en appellera sans doute bien d’autres !

Raphaël Pieters et Jean-Philippe Thiriart